Sion

Festival

Directeur artistique
Pavel Vernikov

2018
54 e édition

54 e
édition
2018

17

08

02

09

La billeterie 2018 est ouverte

Le Sion Festival 2018 s'invite au cabaret!

Selon le Trésor de la Langue Française, un cabaret est un « établissement de spectacle, où l’on peut parfois prendre des repas, boire ou danser ». Ainsi, ce lieu où Charlot, dans les Temps modernes, fait pour la première fois entendre sa voix au vaste monde est un cabaret ; cabaret également, la salle enfumée à l’enseigne de l’Ange bleu, où Marlene Dietrich fait le malheur d’un vieux professeur moustachu – et amoureux ; cabaret encore, cet espace sophistiqué où Rita Hayworth chante en retirant ses gants (Put the blame on mame, boys).

La littérature et, surtout, le cinéma ont fait du cabaret un espace emblématique, symboliquement fort, et ont largement contribué à nourrir notre imaginaire, enrichissant la sèche définition du dictionnaire de toute une panoplie d’images dont plusieurs traits se recoupent : l’idée d’un milieu vaguement interlope où s’improvise un théâtre intensément vivant, exaltant les plaisirs des sens, et où s’opère un mariage mouvementé et subversif entre cultures savantes et populaires ; l’idée, aussi, d’un certain esprit de revue, d’un goût sauvage de liberté et de poésie, et d’un espace de divertissement se révélant souvent l’incubateur secret des passions et mouvements futurs de ceux qui le hante, pour le meilleur et pour le pire…

Cet été, le Sion Festival se place sous cette égide cabaretière: subversion, sensualité, drôlerie, poésie, mélange des genres seront au rendez-vous, tout au long de ses trois semaines de festivité. Et il y en aura pour tous les goûts – pour tous les violons – pour toutes les passions à naître :

Cabaret philharmonique, avec les impressionnants Philharmonix, qui détournent habilement leur (très) solide technique classique et leur répertoire savant au gré de leur imagination fertile ; cabaret tzigane avec le Roby Lakatos Ensemble et ses violons virtuoses, exubérants, imprévisibles ; et le Jewish cabaret du Quatuor Jérusalem, accompagné de la soprano Hilla Baggio, qui célèbrera ce si poignant « rire en pleurs » propre à la culture juive. L’alto italien Vincenzo Capezzuto promènera quant à lui sa voix à travers les époques et les styles, da Monteverdi a Mina ; Gidon Kremer enfin, emmènera son violon dans l’univers du cirque…

Vous l’avez compris, cet été, tout sera possible.

Et en attendant le dévoilement complet de notre programmation, (ré)écoutez le dernier disque des talentueux Philharmonix. Le printemps arrivera plus vite !

Marie Favre

Les concerts coup de coeur !

petite sélection :

Les découvertes de l'édition 2018

Soutenez le festival en devenant AMI ou MECENE !